Archives de catégorie : Tablettes tactiles

Tablettes tactiles, langage oral et plurilinguisme

Marie-Claire Simonin est enseignante à l’école maternelle Cologne, en REP+, dans le quartier de Planoise à Besançon (25).

Forte d’une expérience professionnelle de plusieurs années auprès des enfants du voyage, elle est convaincue de l’importance d’une approche pédagogique plurilingue au service de tous les élèves.

Comme le précise J. Cummins, « lorsque le message donné à l’enfant par l’école, explicitement et implicitement, est Laisse ta langue et ta culture maternelle à la porte d’entrée de l’école, celui-ci y laisse aussi une partie importante de lui-même et de son identité. Il est alors fortement improbable qu’il puisse s’impliquer activement et avec confiance dans les apprentissages en sentant ce rejet. »

Elle a donc mis en place, dans sa classe de PS/MS/GS, plusieurs actions et dispositifs qui favorisent la prise de parole de chaque enfant. Le langage oral s’en trouve ainsi dynamisé et consolidé en s’appuyant sur un bilinguisme additif, créant une complémentarité de la langue maternelle et de la langue de l’école.

A chaque fois qu’un nouveau champ lexical est étudié par la classe, l’enseignante fabrique ce qu’elle appelle un « sac à parler qu’elle remplit d’images représentant les mots. Parallèlement, un livre numérique est créé qui contient une partie de ces images.

 

 

Une page est consacrée à chaque mot où celui-ci est systématiquement traduit dans toutes les langues d’origine. Les parents d’élèves sont impliqués  dans cette phase car ce sont leurs voix qui sont enregistrées lors de cet exercice de traduction.

Ici A signifie Albanais, T = Turc, S = Serbe, W = Wolof ou R = Romani
Ici A signifie Albanais, T = Turc, S = Serbe, W = Wolof ou R = Romani

Tous les livres numériques créés en cours d’année sont consultables par les élèves depuis les ordinateurs de la classe.

Les parents ou personnels de l’école participent à d’autres actions comme par exemple l’enregistrement de chansons dans les différentes langues maternelles.

Que faire en maternelle avec une tablette et un smartphone ?

Marc Trioschi enseigne en MS/GS à l’école maternelle Cologne à Besançon.
Cette école est située dans le quartier de Planoise, en REP+.

Il possède une tablette et un smartphone qu’il a intégrés depuis un peu plus d’un an à ses pratiques de classe.
Son objectif n’est pas de faire utiliser à tout prix des outils numériques à ses jeunes élèves mais bien de tirer parti du potentiel de ce matériel pour faire parler à chaque occasion tous les  enfants, pour les rendre plus autonomes et acteurs de leurs apprentissages.

Il y parvient avec brio comme l’atteste la vidéo ci-dessous.

 

Avant de commander une (des) tablette(s) pour sa classe

Cet article se propose de vous donner les premières informations (les plus essentielles), avant de vous lancer dans l’achat de tablettes tactiles (ou outils hybrides…).

Pour aller plus loin, des documents nationaux sont proposés : tout particulièrement le « Cadre de Référence pour l’accès aux Ressources pédagogiques via un équipement MObile » (CARMO).

Renouvellement et budgets ?

Imaginez avec les collectivités un budget permettant de renouveler le matériel (par tranches si nécessaire). Il est indispensable d'accompagner les responsables sur ces questions : se rendre compte que l'équipement numérique n'est pas un achat ponctuel, ce sont des investissements réguliers.

Durée de vie approximative : 5 ans (compte tenu des évolutions technologiques, des composants...).

Nombre d'appareils ?

La réflexion ne sera pas la même si vous envisagez acheter une tablette pour votre classe (ou quelques tablettes disséminées dans l'école), ou bien un chariot pour des élèves.

Jusqu'à trois tablettes présentes dans une classe, il est concevable qu'un enseignant volontaire puisse effectuer la gestion courante.

Au-delà de l'achat de 5 appareils, les opérations de maintenance et d'installation deviennent plus complexes et plus chronophages. La mise en place d'une flotte de tablettes nécessite l'emploi de techniques, bien souvent hors de portée d'un utilisateur lambda. Elles portent sur des points comme :

  • la qualité de la connexion sans fil à internet ;
  • la protection du système d'exploitation et de certaines applications sensibles ;
  • la cohérence des écrans avec la gestion des installations d'applications, dont certaines peuvent nécessiter une licence ;
  • le système de partage des fichiers avec le réseau de l'école ;
  • le choix d'un dispositif permettant de projeter l'écran d'une tablette ;
  • la régénération du contenu des tablettes ;
  • les systèmes pour la recharge des batteries ;
  • éventuellement des systèmes permettant d'activer ou non des applications pour une séance.

L'ensemble de ces préconisations sont décrites dans un document technique national, appelé CARMO.

Accessoires ?

Une tablette doit pouvoir servir à vos élèves : il est donc indispensable de prévoir l'achat de certains accessoires. Parmi ceux-ci :

  • Une housse de protection : qui permette de protéger la tablette, de la positionner à plat, mais également de l'incliner.
  • Un film d'écran : pour éviter rayures...
  • Un usage pédagogique très fréquent avec une tablette : photographier ou filmer les élèves (en séance de motricité...) ou leurs production (après une recherche liée à une résolution de problème...). La projection de ces images-films en collectif peut permettre de confronter les points de vue, de justifier une hypothèse, de vérifier...). En fonction du système d'exploitation de votre tablette (Microsoft Windows - Google Androïd - Apple iOS), différentes solutions existent pour projeter le contenu d'une tablette (avec ou sans fil).
  • Un stylet : pour pouvoir alterner avec les usages aux doigts.
  • Un clavier : toutes les tablettes permettent d'écrire avec un clavier virtuel, mais qui prend beaucoup de place sur l'écran.
  • Un casque et un micro (ou les deux en un), pour l'écoute en l'enregistrement des élèves et de l'enseignant. Éventuellement de quoi brancher plusieurs casques sur une même tablettes.
Maintenance ?

Cette question renvoie au nombre d'appareils :

  • Un appareil pour une classe ? L'enseignant peut imaginer gérer cette question en lien avec le technicien qui a fourni l'appareil.
  • Une flotte ? Indispensable de bénéficier d'un accompagnement, et que les enseignants concernés soient informés d'un protocole en cas de besoin (nouvelle application, mises à jour, problème technique...).
Connexions ? (Wi-Fi, bluetooth, impression...)
  • Wi-Fi : les tablettes ont besoin d'un accès internet : pour télécharger des applications, pour les mises à jour... Certaines applications ne fonctionnent qu'en ligne. Il faut donc un accès à internet efficace, fonctionnel, et accessible dans les différents espaces. Tester la bande passante à l'intérieur de l'école (quel débit est possible ? Compter environ 1Mo par appareil connecté), vérifier l'efficacité de l'accès au Wi-Fi dans les différentes classe... Si nécessaire ajouter des points d'accès Wi-FI (le câblage réseau de l'école doit être suffisamment bien conçu). Consultez cet article sur le référentiel Wi-Fi pour obtenir des précisions (santé, technique, général).
  • Bluetooth : pour connecter une enceinte, un clavier, ou d'autres appareils.
  • Et l'impression ? Dans les écoles, il est encore suffisamment fréquent de vouloir imprimer certaines productions, des photographies... Imprimer depuis une tablette n'est pas aussi simple que depuis un ordinateur de bureau. Renseignez-vous sur les possibilités offertes par votre tablette, en fonction du copieur de votre école.
  • HDMI : un standard actuel pour projeter en filaire le contenu de votre tablette, sur un écran disposant de cette connexion, ou un vidéo-projecteur.
Caractéristiques matérielles ?
  • Un écran supérieur à 9 pouces ;
  • Des dimensions extérieures permettant de la ranger dans un sac ;
  • Un poids raisonnable (inférieur à 1,2kg) ;
  • Un appareil photo HD (High Definition) permettant de réaliser des clichés de suffisamment bonne qualité (pensez également que les élèves bougent en prenant des photographies) ;
  • Dans la mesure du possible, un environnement identique sur les appareils de l'école (les postes de classe sont sous Windows ? Il existe des tablettes sous Windows 10. Un Ipad partagera beaucoup plus facilement des productions avec un ordinateur Apple. Les chromebooks google permettront d'accéder aux mêmes applications que les tablettes sous Androïd). Dans le cas contraire, un technicien saura vous trouver les astuces pour retrouver vos documents-photos-vidéos quel que soit l'équipement. Est-ce que je pourrai consulter sur un ordinateur de bureau ce que je produirai avec ma tablette ?
  • Une autonomie suffisante pour permettre une utilisation en continu sur une journée de classe (8 heures).
Stockage des applications et des fichiers ? (photos, vidéos...)

Votre tablette a besoin d'un espace suffisant pour pouvoir installer les applications (nombreuses) qui vous intéresseront. Mais également pour stocker les photographies, vidéos, que vous prendrez au cours des journées.

Une capacité de stockage de 16Go semble être un strict minimum.

Certaines tablettes proposent d'étendre le stockage avec un espace pour une carte micro-SD supplémentaire.

Dans la plupart des cas, des outils de stockage en ligne (« cloud ») sont proposés par les éditeurs de systèmes d'exploitation ou d'applications. De ce cas, il convient de s'intéresser au stockage des données personnelles des élèves !

Acheter des applications ?

Un petit nombre de tablettes ? La solution la plus adaptée est la carte pré-payée, qui pourra servir indépendamment pour les différents utilisateurs des appareils.

Grand nombre de tablettes ? Utilisation indispensable d'un utilitaire de gestion des applications et des mises à jour de la flotte (MDM - MAM), qui permettra d'installer simplement une application sur tous les appareils...

Notes :

  • La légalité de l'utilisation de comptes « familles » mérite d'être interrogée.
  • Certaines versions gratuites de logiciels peuvent faire apparaître des publicités inappropriées dans le contexte d'une classe.

Pistes d’utilisation d’équipements mobiles aux cycles 3 et 4

La DNE (Direction du Numérique pour l’Éducation) vient de publier un document décrivant  une série d’usages pédagogiques des équipements mobiles mis en œuvre dans des classes de cycle 3 ou de cycle 4.

EIM

Ce dossier traite, entre autres,  des sujets suivants :

  • Comment projeter ou présenter l’écran d’un EIM (équipement individuel mobile) ?
  • Utiliser la réalité augmentée.
  • Produire, créer, publier, partager des contenus avec un EIM.
  • S’entraîner, s’exercer, apprendre par le jeu numérique.
  • Individualiser / Différencier / Évaluer grâce aux EIM.
  • Créer et modifier un algorithme simple.

Pour télécharger ce dossier au format pdf), cliquez sur l’icône ci-dessous.

adobe_reader

Créer un livre numérique sur tablette en maternelle

A l’école maternelle Helvétie de Besançon, les élèves de Grande Section de la classe de Mme Aubert ont travaillé sur les abeilles.

Trois ateliers ont été formés dans lesquels tous  participeront durant la semaine. Dans l’un d’entre eux, on crée un livre numérique à l’aide d’une tablette numérique et de l’application Book Creator.

Après avoir réactivé leurs connaissances et le vocabulaire acquis sur le sujet, les élèves trient des mots-étiquettes relatifs aux parties du corps de l’abeille.

Pour terminer, le groupe présente son travail au reste de la classe grâce à un vidéo-projecteur.

Des tablettes tactiles à la maternelle : pour quoi faire ?

Dans cet article, nous vous proposons de visionner trois courtes vidéos dans lesquelles vous découvrirez quelques activités lors desquelles les tablettes tactiles peuvent être mises au service des apprentissages à l’école maternelle.

Celles-ci sont utilisées par les enseignantes de l’école comme un outil parmi d’autres et à condition que leur intégration ait du sens et apporte une plus-value à la séance imaginée par les enseignantes.

EN PETITE SECTION

La tablette est utilisée ici comme support pour mener des activités en numération et pour découvrir le langage écrit.

EN  MOYENNE  SECTION

Les élèves se servent des tablettes lors d’une séance d’acrosport pour valider les figures qu’ils ont choisi de réaliser, puis ils créent des livres numériques pour apprendre aux autres élèves de la classe à dessiner un bonhomme (cette activité fait suite à un travail sur le schéma corporel).

Pour terminer cette vidéo, l’enseignante de la classe nous présente une application de numération.

EN   GRANDE  SECTION

Dans un atelier, les élèves doivent apparier des couvertures d’albums et leurs titres. Avec  la tablette, ils tentent de reproduire le contenu de chaque étiquette-titre et grâce à la fonction vocale, ils peuvent entendre ce qu’ils ont écrit.

L’enseignante de la classe nous présente ensuite d’autres possibilités offertes par l’application choisie.

Création d’un livre numérique sur tablette en C3

Durant l’année scolaire 2014/2015, la classe de CM1/CM2 de  l’école Edouard Herriot de Mme Trouf à Besançon, inscrite dans un  projet proposé par le Musée de la Résistance et de la Déportation et l’atelier Canopé de Besançon,  a produit des livres numériques en utilisant des tablettes tactiles.

LE PROJET

Le projet « Des QR codes pour donner à (re)voir la libération de Besançon »,  proposait aux classes inscrites de se replonger dans l’histoire et l’évolution de leurs quartiers à partir de clichés pris pendant la libération de la ville en 1944.

Après avoir sélectionné une photographie, chaque classe devait la resituer dans son contexte historique  en construisant un texte explicatif accompagné d’images.

Pour terminer, la création d’un QR code, affiché sur le lieu exact où la photographie a été prise 70 ans plus tôt, permettait aux passants équipés d’un smartphone ou d’une tablette, d’accéder au contenu produit par les élèves.

LE CHOIX DE LA CLASSE

Soldat américain devant un hangar d'aviation rue des Lilas à Besançon - Crédit photo : Musée de la Résistance et de la Déportation – BESANCON
Soldat américain devant un hangar d’aviation rue des Lilas à Besançon – Crédit photo : Musée de la Résistance et de la Déportation – BESANCON

 Les élèves, qui ont choisi un cliché pris à quelques rues de leur école, ont été rapidement  intrigué par le fait qu’un hangar d’aviation existait en ces lieux et par la présence de militaires.

LE TRAVAIL EN CLASSE

Celui-ci a été mené, préalablement à la conception des livres numériques, dans plusieurs domaines et sur plusieurs séances :

  • En histoire (pour découvrir la seconde guerre mondiale).
  • En géographie (pour se repérer dans le quartier et prendre la mesure de son évolution au travers de l’étude de plusieurs plans).
  • En lecture (pour  prendre connaissance des documents sélectionnés par l’enseignant).
  • En production d’écrits (pour créer les textes explicatifs accompagnant les documents iconographiques).

Une visite dans le quartier a permis aux élèves, équipés de tablettes tactiles, de faire des photos et de prendre des vidéos des lieux qu’ils désiraient retenir et mettre en avant dans leurs livres.

Ceux-ci,  groupés ensuite par 3 ou 4,  ont imaginé puis produit sur leur tablette un livre numérique (comprenant des textes, des images mais aussi des sons et des vidéos) sur le sujet, à l’aide de l’application BOOK CREATOR. Les deux vidéos disponibles ci-dessous vous permettront de vous rendre compte du travail mené par deux de ces groupes.

Pour terminer,  la classe a créé collectivement un document mis en ligne par Canopé et a généré un QR code, pour accéder facilement à ce document. Ce QR code a été affiché devant l’ancien hangar d’aviation.

Le QR code affiché devant l'ancien hangar d'aviation
Le QR code affiché devant l’ancien hangar d’aviation

pdf-iconCliquez sur cet icône pour consulter le document produit collectivement.

LES LIVRES NUMÉRIQUES CRÉÉS (deux exemples en vidéo)