Utiliser des tablettes tactiles pour améliorer le langage oral en maternelle

Les enseignants de l’école maternelle Cologne  située en REP+ à Besançon, utilisent les tablettes tactiles pour travailler le langage oral avec leurs élèves. Chacun d’entre eux possède un ipad sur lequel a été installé l’application BOOK CREATOR.

En partant d’un support de langage (album, activité de psychomotricité ou sortie), la classe construit un livre numérique sur les pages duquel des pastilles audio, réalisées par les élèves, sont ajoutées.

UN EXEMPLE : LA VISITE AU MARCHÉ DES PS/MS

Après la visite, un groupe  de 4 à 7 élèves est réuni pour commenter les photos qui ont été prises. On travaille dans ce cas essentiellement le langage d’évocation, un champ lexical spécifique auquel l’enseignante adjoint quelques tournures syntaxiques simples (ici on retrouve « il y a », « on voit » et « voici »).

Cliquez sur l'image pour accéder au livre numérique.
Cliquez sur l’image pour accéder au livre numérique.

 

En préalable de l’activité, l’enseignante dit explicitement ce que l’on va faire : parler.

Puis elle présente une image aux élèves et ceux-ci font des propositions de commentaires. Alors un premier élève prend la parole et s’enregistre.  Puis le groupe écoute la production et donne son avis. Il n’y a pas de jugement : on comprend ou on ne comprend pas.  Si le groupe constate que l’on ne comprend pas les propos de l’orateur, celui-ci peut recommencer et tenter de s’améliorer. Ces interactions sont bien entendu régulées par l’enseignant, qui fournit aussi un étayage constant.

Lorsque cette activité est installée comme un rituel et que les enfants en connaissent les enjeux, ceux-ci sont très impliqués. Ils ont envie de participer en faisant des propositions, envie aussi de parler correctement et de s’enregistrer. Les petits parleurs ne le restent pas longtemps.

Les plus petits ne comprennent pas immédiatement que ce livre numérique, disponible en ligne sera consultable à la maison, en famille. Lorsque cette dimension est intégrée, chacun semble encore plus  engagé par l’enjeu affectif de reconnaissance de soi.

Pour consulter le blog de l’école Cologne, cliquez ICI.