Archives de catégorie : Pratiques de classe

Langage en PS à partir d’un album en utilisant Book Creator

La maternelle R. Vauthier est située à Besançon et accueille beaucoup d’élèves allophones ou  des élèves dont les parents sont d’origine étrangère. Dans ce cadre, la question de la  maîtrise de la langue s’avère particulièrement importante.

Mme Bouaouli est enseignante  de petite section dans cette école. Elle  fait travailler le langage à ses jeunes élèves à partir d’albums, puis crée avec eux des livres numériques, grâce à l’application Book Creator.

Ici, son choix s’est porté sur un classique du conte de randonnée l’album « Bon appétit ! Monsieur Lapin » de Claude Boujon.

Après la phase de découverte de l’album, les élèves de la classe ont participé, durant deux à trois semaines, à différentes activités habituellement mises en œuvre en maternelle lorsqu’un album de jeunesse est étudié (consolidation du langage de l’album, activités graphiques ou de découpage, association d’images, numération,…).

L’enseignante a fait prendre en photo, à l’aide des tablettes de la classe, tous les personnages et les aliments présents dans cette histoire, ce qui n’a pas été sans poser de problèmes, par exemple de prise en main du matériel ou de  cadrage.

Ensuite, elle a elle-même déposé – et disposé – ces photos  dans un livre numérique grâce à l’application Book Creator.

ENREGISTRER CE QUE L‘ON DIT, SE RÉÉCOUTER

Les élèves sont alors répartis dans des groupes en fonction de leur niveau d’engagement dans les activités orales mais aussi de leur niveau de maîtrise de la langue. Ceci afin de permettre à chacun, à commencer par les « petits parleurs » de participer.

Les objectifs sont donc différents en fonction de chaque élève. Concernant les petits parleurs, il  s’agit d’abord de lever les inhibitions liées au fait de parler, de leur permettre de s’engager dans l’activité puis d’utiliser de manière simple le vocabulaire rencontré. Pour les autres, les productions orales permettent de reprendre le vocabulaire et les structures syntaxiques présentes dans le livre.

Pour tous, la phase d’enregistrement oral permet de se réécouter et  de recommencer facilement l’enregistrement, si nécessaire. Habituellement, le seul retour possible est celui que l’enseignant fait à l’élève. Or ce dernier, trop accaparé par la tâche qu’il a à réaliser, n’a pas conscience du rendu de sa production orale et des points d’amélioration qu’il lui serait possible d’opérer.  Cette rétroaction immédiate est possible grâce à l’utilisation d’une tablette.

Trois livres différents ont été créés : le premier reprend l’histoire, les second et troisième livres, créés par les petits parleurs, présentent les personnages et aliments que l’on retrouve dans le livre.

Ces livres ont été intégrés dans le blog de l’école où ils sont facilement consultables par les parents d’élèves. Cette visibilité sur les productions, les activités et les apprentissages des élèves doit permettre d’améliorer la co-éducation.

CONSULTEZ LES TROIS LIVRES

Projet LE CERVEAU avec les SAVANTURIERS en grande section

Reproduction d’un cerveau en pâte à modeler (avec ses deux lobes)

La classe de Grande section de maternelle de Mme Fournier à Miserey dans le Doubs participe cette année aux « SAVANTURIERS« .  Ce projet scientifique se déroule pendant toute l’année scolaire.

Lors de l’inscription, la classe a sélectionné un thème de travail, le CERVEAU,  parmi les onze qui leur étaient proposés.

Chaque classe est suivie par un mentor (référent scientifique pour l’enseignant et aussi pour les élèves) qui répond aux questions de la classe et éventuellement de l’enseignante.

L’enseignante a établi elle-même sa progression. Elle a choisi les thématiques à travailler (les 5 sens, les émotions et le sommeil) en engageant ses élèves dans une démarche expérimentale.

Les résultats des expériences de la classe sont publiés sur un BLOG ouvert par les Savanturiers. Ils sont consultables ICI. Ils le sont aussi sur le BLOG DE L’ÉCOLE que les parents visitent régulièrement.

enfin, la classe de Grande Section dispose d’un compte Twitter sur lequel sont montrées les expériences réalisées.

QUELS OUTILS NUMÉRIQUES SONT UTILISÉS ET DANS QUEL BUT ?

Ils sont toujours au service des apprentissages et de la communication.

Cliquez sur l’image pour accéder au livre numérique.

Book Creator en ligne a permis de créer un livre numérique dans lequel sont compilés des textes, des images, des vidéos et des sons. Les élèves, en s’y enregistrant, rendent compte de ce qu’ils ont découvert tout en travaillant l’expression orale.

La classe dispose aussi d’un visualiseur HUE qui, relié à un PC et à un vidéoprojecteur, permet d’observer et de vérifier les hypothèses émises par les élèves.

Les élèves observent les papilles, la luette, les amygdales,…

Si ces outils apportent une réelle valeur ajoutée à l’enseignement, leur utilisation ne  constitue pas l’essentiel du temps passé en classe. Elle est complémentaire des activités traditionnelles.

Reproduction d’un cerveau (avec ses deux lobes) en pâte à modeler

Des tablettes pour améliorer le langage oral en maternelle

Les enseignants de l’école maternelle Cologne  située en REP+ à Besançon, utilisent les tablettes tactiles pour travailler le langage oral avec leurs élèves. Chacun d’entre eux possède un ipad sur lequel a été installé l’application BOOK CREATOR.

En partant d’un support de langage (album, activité de psychomotricité ou sortie), la classe construit un livre numérique sur les pages duquel des pastilles audio, réalisées par les élèves, sont ajoutées.

UN EXEMPLE : LA VISITE AU MARCHÉ DES PS/MS

Après la visite, un groupe  de 4 à 7 élèves est réuni pour commenter les photos qui ont été prises. On travaille dans ce cas essentiellement le langage d’évocation, un champ lexical spécifique auquel l’enseignante adjoint quelques tournures syntaxiques simples (ici on retrouve « il y a », « on voit » et « voici »).

Cliquez sur l'image pour accéder au livre numérique.
Cliquez sur l’image pour accéder au livre numérique.

 

En préalable de l’activité, l’enseignante dit explicitement ce que l’on va faire : parler.

Puis elle présente une image aux élèves et ceux-ci font des propositions de commentaires. Alors un premier élève prend la parole et s’enregistre.  Puis le groupe écoute la production et donne son avis. Il n’y a pas de jugement : on comprend ou on ne comprend pas.  Si le groupe constate que l’on ne comprend pas les propos de l’orateur, celui-ci peut recommencer et tenter de s’améliorer. Ces interactions sont bien entendu régulées par l’enseignant, qui fournit aussi un étayage constant.

Lorsque cette activité est installée comme un rituel et que les enfants en connaissent les enjeux, ceux-ci sont très impliqués. Ils ont envie de participer en faisant des propositions, envie aussi de parler correctement et de s’enregistrer. Les petits parleurs ne le restent pas longtemps.

Les plus petits ne comprennent pas immédiatement que ce livre numérique, disponible en ligne sera consultable à la maison, en famille. Lorsque cette dimension est intégrée, chacun semble encore plus  engagé par l’enjeu affectif de reconnaissance de soi.

Pour consulter le blog de l’école Cologne, cliquez ICI.

Tablettes tactiles, langage oral et plurilinguisme

Marie-Claire Simonin est enseignante à l’école maternelle Cologne, en REP+, dans le quartier de Planoise à Besançon (25).

Forte d’une expérience professionnelle de plusieurs années auprès des enfants du voyage, elle est convaincue de l’importance d’une approche pédagogique plurilingue au service de tous les élèves.

Comme le précise Jim Cummins, professeur à l’Université de Toronto et spécialiste du bilinguisme, « lorsque le message donné à l’enfant par l’école, explicitement et implicitement, est Laisse ta langue et ta culture maternelle à la porte d’entrée de l’école, celui-ci y laisse aussi une partie importante de lui-même et de son identité. Il est alors fortement improbable qu’il puisse s’impliquer activement et avec confiance dans les apprentissages en sentant ce rejet. »

Elle a donc mis en place, dans sa classe de PS/MS/GS, plusieurs actions et dispositifs qui favorisent la prise de parole de chaque enfant. Le langage oral s’en trouve ainsi dynamisé et consolidé en s’appuyant sur un bilinguisme additif, créant une complémentarité de la langue maternelle et de la langue de l’école.

A chaque fois qu’un nouveau champ lexical est étudié par la classe, l’enseignante fabrique ce qu’elle appelle un « sac à parler qu’elle remplit d’images représentant les mots. Parallèlement, un livre numérique est créé qui contient une partie de ces images.

 

 

Une page est consacrée à chaque mot où celui-ci est systématiquement traduit dans toutes les langues d’origine. Les parents d’élèves sont impliqués  dans cette phase car ce sont leurs voix qui sont enregistrées lors de cet exercice de traduction.

Ici A signifie Albanais, T = Turc, S = Serbe, W = Wolof ou R = Romani
Ici A signifie Albanais, T = Turc, S = Serbe, W = Wolof ou R = Romani

Tous les livres numériques créés en cours d’année sont consultables par les élèves depuis les ordinateurs de la classe.

Les parents ou personnels de l’école participent à d’autres actions comme par exemple l’enregistrement de chansons dans les différentes langues maternelles.

Que faire en maternelle avec une tablette et un smartphone ?

Marc Trioschi enseigne en MS/GS à l’école maternelle Cologne à Besançon.
Cette école est située dans le quartier de Planoise, en REP+.

Il possède une tablette et un smartphone qu’il a intégrés depuis un peu plus d’un an à ses pratiques de classe.
Son objectif n’est pas de faire utiliser à tout prix des outils numériques à ses jeunes élèves mais bien de tirer parti du potentiel de ce matériel pour faire parler à chaque occasion tous les  enfants, pour les rendre plus autonomes et acteurs de leurs apprentissages.

Il y parvient avec brio comme l’atteste la vidéo ci-dessous.

 

La Twictée en CE2/CM1

La classe de CE2/CM1 de Mme Grand à Devecey est inscrite au dispositif Twictée depuis le début de l’année scolaire 2016/2017. L’enseignante décrit les différentes phases du  processus :

Après inscription, la classe est appariée avec une autre classe francophone (parfois deux) avec laquelle elle va échanger. Celle-ci est appelée classe-miroir.

  1.  Chaque classe reçoit la dictée, identique pour toutes les classes participantes du même niveau. Celle-ci  est composée au maximum de 140 caractères.
  2.  Chaque élève écrit la dictée individuellement.
  3.  La classe est divisée en 8 groupes. La dictée est négociée dans chaque groupe.
  4.  Chaque groupe envoie sa dictée au groupe correspondant de la classe-miroir et reçoit en retour leur dictée.
  5.  La dictée est corrigée collectivement par la classe.
  6.  Chaque groupe corrige la dictée de son groupe-miroir et produit des twoutils pour leur expliquer leur fautes.

De l’avis de l’enseignante, c’est cette dernière phase qui est la plus riche. Elle a été la plus dure à mettre en place – elle a nécessité un accompagnement rigoureux de la part de l’enseignante – mais se révèle la plus fructueuse. La fabrication des TWOUTILS oblige les élèves à catégoriser les  fautes et à donner une explication pour chacune d’elle.

Au fil des dictées, « les élèves entrent vraiment dans l’orthographe et la construisent » grâce à la fabrication des Twoutils.

Un prolongement à ce travail  que Mme Grand a imaginé, c’est la découverte de l’environnement dans lequel évoluent les élèves de la classe miroir grâce à Google Earth et Google Street View.

Ci-dessous se trouvent quelques captures d’images d’une recherche effectuée sur la classe californienne avec laquelle la classe de Devecey a été associée. Par ce biais, les enfants découvrent la géographie sous un autre angle : celui de l’environnement quotidien d’autres écoliers sur la planète, forcément différent du leur.

Créer une capsule vidéo en classe

Les capsules vidéo permettent aux élèves d’avoir accès à une information où qu’ils soient, quand et comme ils le veulent (elles peuvent être disponibles à tout moment sur un ENT  ou sur un blog d’école).

Ils peuvent ainsi  visionner la vidéo mise à leur disposition selon leurs besoins en faisant des pauses, en la réécoutant,…

Une capsule vidéo peut être créée par l’enseignant lui-même ou par ses élèves. Elle pourra être utilisée à tous les moments d’un apprentissage – dans la séquence ou en complément -.

ADOBE SPARK VIDEO est une application en ligne gratuite – elle existe aussi pour Ipad – qui permet facilement la création de capsule vidéo à partir d’autres vidéos, d’images, de textes, d’icônes et de sons. La vidéo finale est générée au format .mp4.

Pour vous rendre sur le site et commencez de créer votre cliquez ICI.

Ci-dessous, vous trouverez un tutoriel d’utilisation de cet outil.



PRODUIT FINI : Voici la capsule vidéo réalisée sur le système solaire.

Twictée : la dictée revisitée en utilisant Twitter.

La classe de CP/CE1 d’Étrabonne et leur enseignante, Mme Julie Fournier, participent durant la rentrée 2016/2017 au dispositif TWICTÉE.

TWICTÉE, contraction des mots Twitter et Dictée, est un dispositif innovant d’enseignement de l’orthographe.

  • La classe s’est d’abord inscrite sur le site Twictée.org pour les niveaux CP et Cycle 2 (TEAM CP et TEAM C2). Elle a été associée à une classe de niveaux similaires.
  • Les enseignants des deux classes se sont concertés concernant la rédaction d’une phrase commune négociée, respectant le thème commun pour toutes les Twictées N°18 qui était « la magie ». Chacun a donné son avis sur le verbe à utiliser, les mots outils, les phonèmes abordés, les difficultés voulues, etc.
–  La phrase retenue pour les CP était : Il y a un lapin.
– La phrase retenue pour le cycle 2 était : Le sorcier a un lapin, un hibou et une baguette pour faire des tours de magie.
  •  Les élèves ont commencé par faire la dictée sur feuille, individuellement.

individuel

  • Les élèves se sont ensuite réunis, par groupes de 3 ou 4, pour produire une seule phrase négociée, qui a ensuite été envoyée, avec Twitter, à un groupe d’élèves de l’autre classe (appelée « classe miroir« ) pour correction.

groupe

  • Pour chaque niveau, la phrase a été corrigée collectivement.

Lors d’une seconde phase, les élèves sont devenus « correcteurs« .

  • Chaque groupe de la classe d’Étrabonne a reçu, de la part d’un groupe de l’autre classe une dictée négociée pour correction, via Twitter.

C’est lors de cette phase que les élèves construisent et utilisent des TWOUTILS.  Ce sont des balises de correction, qui vont être placées sous les erreurs repérées.  Leur choix implique d’analyser le type d’erreur pour arriver à proposer une  balise correcte.

Quelques Twoutils utilisés par la classe
Quelques Twoutils utilisés par la classe
  •  Les dictées corrigées avec les Twoutils ont été renvoyées, à l’aide de Twitter (ces envois entre classes peuvent être effectués par mail avec des fichiers texte ou vidéo) , aux groupes de l’autre classe.
  • La dernière phase a été une phase de transfert : les élèves ont refait la Twictée individuellement.